Synopsis 

La vie paisible des habitants d’un village du Périgord va subitement être troublée par des meurtres à répétitions. Des femmes sont égorgées. Mais qui peut bien être le coupable ? Est-ce le boucher, suspect principal que la directrice mademoiselle Hélène a rencontré lors d’un mariage et avec lequel elle flirte ?

Après avoir passé quinze ans dans l’armée, Paul doit reprendre la boucherie familiale. Il est obsédé par ce qu’il a pu vivre en Indochine et en Algérie et ne cesse d’en parler.
Les ravages de la guerre, la violence et les apparences calmes d’un village dissimulant une sombre réalité sont au cœur de cette tragédie chabrolienne.

Chabrol s’interroge non pas sur « qui a tué », mais sur « qui est celui » qui a tué. Il se penche sur les névroses du coupable, tentant de le cerner. Confronter le spectateur à ses angoisses, le questionner, voilà le but de son cinéma. Les coupables dans ses films font office de miroir sur le spectateur, le poussant dans ses retranchements et le laissant seul face à sa conscience.

Musique du film : 

La musique de Jansen (le clavecin) instaure une tension palpable dans des moments du quotidien qui prennent alors une allure terrifiante. Des scènes de dîner dans un appartement, une balade en forêt… petit à petit un malaise grandissant se crée entre les deux protagonistes. Une atmosphère pesante et une inquiétude sourde habitent ce film en permanence, transformant ce qui semblait être un conte de fée léger en une rencontre aux allures cauchemardesques où Stéphane Audran manque d’y laisser la vie.

Compositeur : 

Pierre Jansen (1930-2015) a composé plus de cent musiques de films. Sa carrière au cinéma débute en 1960 avec un film de Claude Chabrol « Les Bonnes Femmes ».  Cette collaboration perdurera 20 ans. Sa rencontre avec Chabrol fut selon lui « déterminante et inespérée ». Matthieu Chabrol, par la suite le remplacera. Après avoir longtemps composé pour le cinéma, il se consacrera à sa propre œuvre en créant des concerts .

Réalisateur 

Claude Chabrol (1930- 2010) a été membre de la Nouvelle Vague et a commencé comme critique de cinéma avant de devenir réalisateur, producteur, scénariste, dialoguiste et à l’occasion acteur.  En cinquante ans de carrière, il aura composé plus de cinquante-huit films. Il reçoit trois prix sur quarante-deux nominations dans les festivals dont un Ours d’or à Berlin pour Les Cousins. Dans son cinéma, il aime ôter le masque à une bourgeoisie provinciale et ses faux-semblants dans des scénarios illustrant crimes et adultères.

Pour plus d’informations :