Autant qu’il s’en souvienne, la musique a toujours fait partie de l’existence de Nicolas Bourdoncle.

Nicolas Bourdoncle ©Yohan Justet

Crédit photo : Yohan Justet

Nationalité : Française

Âge 25 ans

Instrument Piano

Parcours Conservatoire d’Aix-en-Provence, CNR de Marseille, CNSMD de Paris, Haute école de musique de Genève.

Répertoire de prédilection
Bach, Haydn, Beethoven, Chopin, Brahms, Lipatti, la musique contemporaine et une affinité particulière pour la musique de chambre.

Dates clefs

2012 Lauréat du Concours international de Hanoï.

2019 Troisième prix au Concours international de Jaén (Andalousie).

À 7 ans, Nicolas Bourdoncle, natif d’Aix-en-Provence, fils d’un pianiste soliste et pédagogue, entre au conservatoire de sa ville natale. Il étudie ensuite au CNR de Marseille auprès d’Erik Berchot, ancien lauréat du Concours Chopin, puis reçoit les conseils de Jean-Marc Luisada, Đng Thái Sơn, Dominique Merlet, Vladimir Viardo ou Daniel Wayenberg. Au centre de formation Piano Cantabile, à Aubagne, l’enseignement de Bernard d’Ascoli et Eleanor Harris sera déterminant : il lui apporte très tôt une expérience unique qui a largement contribué à forger sa maîtrise du clavier et à élargir son répertoire qui compte aujourd’hui trente concertos.

Du CNSMD de Paris qu’il intègre en 2013, dans la classe de Roger Muraro, après avoir été distingué au Concours de Hanoï, il sort diplômé en 2015. Il obtient deux ans plus tard un master de concert à la Haute école de musique de Genève avec Nelson Goerner tout en se perfectionnant à l’École supérieure de musique Reine-Sophie de Madrid auprès de Stanislav Ioudenitch, un disciple de Sergueï Babayan. Primé en 2019 à Jaén en Andalousie, Nicolas mène une vie de concertiste, profitant de ses voyages pour s’imprégner d’autres cultures. Sa mère, d’origine roumaine, lui a d’ailleurs donné le goût des langues étrangères (il en parle cinq en plus du français).

Un agenda déjà bien rempli

Dans la capitale, où il vit à proximité de la Philharmonie, ce jeune marié fréquente avec délectation théâtres, concerts, opéras, musées et s’interroge sur ses projets futurs avec, en point de mire, le Concours Reine Élisabeth de Bruxelles. Parmi ses icônes, il cite Lipatti, Lupu, Sokolov, Kissin ou Trifonov, des références à faire rêver. D’ores et déjà son agenda est bien rempli entre concerts en Roumanie, en Moldavie et en France où il s’est fait remarquer en juillet 2023 au Festival de Colmar, interprétant trois sonates de Beethoven avec un souffle communicatif.

Pour plus d’informations