« Chants du silence » : Trois Épitaphes pour piano. Sonata da ballo d’après des thèmes populaires français. Cinq Esquisses d’après des thèmes populaires hongrois. Chants du silence. Han Coolie.

Anne-Lise Polchlopek (mezzo-soprano), Thomas Tacquet (piano)

Hortus 217.

2022. 1 h 14 min

Élève et ami de Bartók qui lui révéla la richesse de la musique populaire, Paul Arma s’engagea très tôt dans des mouvements révolutionnaires, puis s’exila aux États-Unis où il fut bien reçu par l’avant-garde artistique. Il revint en Allemagne où il s’investit dans la pratique musicale populaire mais pour un juif hongrois communiste et d’avant-garde ce n’était pas le bon moment. Agressé par les SS, il s’exilera en France où il sera accueilli et soutenu par Aragon et les artistes communistes. Après l’Occupation où il vécut caché, il travaillera pour la RTF. On trouvera ici plusieurs œuvres pour piano où se profilent ses préoccupations, l’utilisation du chant populaire (Esquisses, Sonata da ballo) mais aussi l’expressivité douloureuse (Trois Épitaphes) dans un langage d’un modernisme bien tempéré. Et puis surtout les Chants du silence, douze mélodies évoquant les années sombres et Han Coolie, exemple de mélodie engagée. Anne-Lise Polchlopek possède un timbre prenant et un art expressif, et Thomas Tacquet a bien saisi ce qui fait l’intérêt de cette musique où l’émotion naît de la réserve et de la clarté.