Le Festival de Pentecôte se déroulera du 15 au 20 mai aux châteaux de Malmaison et Bois-Préau, anciens domaines de l’impératrice Joséphine. Ce sera l’occasion de réinterpréter le patrimoine musical romantique et de découvrir les compositions de la reine Hortense, fille de Joséphine et grande mécène des arts.

Piano Erard ©SDP

Piano carré Erard 1806
Crédit photo : La Nouvelle Athènes

Né d’un récent partenariat entre le Musée national des Châteaux de Malmaison et de Bois-Préau et du Centre des pianos romantiques La Nouvelle Athènes, le festival musical fait le pari de conduire le grand public au cœur de l’esthétique romantique. Pour sa deuxième édition à l’occasion du week-end de Pentecôte, le festival propose des concerts sur instruments d’époque ainsi qu’une journée de médiation pour les lycéens et un temps d’étude autour de la Romance du XIXe siècle.

Du 15 au 20 mai, sept concerts sont programmés à l’Orangerie de Bois-Préau. Un large éventail du répertoire romantique a été imaginé autour d’instruments phares comme le piano carré Erard 1806 ou la harpe Naderman 1815. Parmi les œuvres données figurent des romances composées par la reine Hortense, dont les partitions originales seront présentées au Château de Malmaison pendant le festival.

Hors festival, le domaine accueillera également la sortie de disque de l’Ensemble Hexameron le 17 avril.

Hortense, une musicienne engagée

La mélomanie n’est pas la qualité la plus connue d’Hortense de Beauharnais, mère de Napoléon III. La musique tenait pourtant une place centrale au domaine de Malmaison, comme en attestent les nombreuses romances composées par la reine ainsi que l’intriguant piano carré Erard 1812 qu’elle possédait. Grande mécène à la vie marquée par les guerres et l’exil, Hortense fit des arts – et de la musique en particulier – son espace d’expression personnelle ; elle soutînt le premier romantisme en Europe et influença des compositeurs et virtuoses comme Schubert ou Hummel.

Hortense

Pour plus d’informations