Fort d’une solide expérience malgré son jeune âge, Emmanuel Coppey a bénéficié de l’apport de plusieurs écoles de violon. Les projets ne manquent pas pour cet artiste à la vaste culture, très impliqué dans le répertoire contemporain.

Bercé par la musique mais aussi par les arts grâce à un père violoncelliste et une mère peintre, Emmanuel Coppey se frotte à la pratique du violon dès l’âge de 4 ans. Sa formation commencée au CRR de Paris s’élargit ensuite dans les plus grandes institutions européennes : du CNSMD de Paris à l’âge de 14 ans, dans la classe de Svetlin Roussev et Philippe Graffin, à la Royal Academy de Londres, et depuis septembre 2021 à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth où il bénéficie des précieux conseils d’Augustin Dumay

Sa rencontre avec János Starker à Bloomington l’a profondément marqué, mais il garde une reconnaissance émue envers György Pauk qui, dans la capitale britannique, l’a initié à la musique hongroise, celle de Bartók et de Kodály. Toutes ces influences ont conforté sa pratique instrumentale qui se situe à la confluence des traditions Mitteleuropa de Joachim et franco-belge d’Ysaÿe. À son actif, plusieurs succès aux concours Plock, Rotary et de Sofia, un Grand prix de l’Académie Ravel de musique de chambre et la participation comme violon solo à l’Orchestre du Verbier Junior Festival. Pendant la pandémie, Emmanuel n’est pas resté inactif et a créé le PYMS Quartet avec la pianiste Nour Ayadi, l’altiste Paul Zientara et le violoncelliste Jaume Ferrer Moreno en vue d’explorer le répertoire du quatuor avec piano, y associant occasionnellement de grands solistes : Renaud Capuçon, qui l’a invité au Festival de Pâques d’Aix-en-Provence, le clarinettiste Nicolas Baldeyrou, ou son père Marc.

Passionné par l’informatique dès l’adolescence, il s’investit dans des projets interactifs et s’engage dans la médiation culturelle, participant aux Concerts de Poche et intervenant dans des lieux où la musique classique est terra incognita. Emmanuel s’intéresse tout autant à la littérature qu’à l’opéra ou au théâtre (il a participé à une création contemporaine d’Emre Sener inspirée de La Mouette de Tchekhov) et se passionne pour le tennis. L’an prochain, la très recherchée Académie internationale Ensemble Modern de Francfort l’accueillera pour des sessions très pointues liées à la musique d’aujourd’hui. Une manière d’ajouter une corde à son arc.

Crédit photo : Caroline Doutre

Nationalité : française 

Âge : 23 ans

Parcours : CRR puis CNSMD de Paris,
Royal Academy of Music de Londres,
Chapelle Musicale Reine Elisabeth

Répertoire de prédilection :
Bach, Beethoven, Mendelssohn,
Brahms, Bartók, Prokofiev,
Berio