La vingtième édition consacrée au violon du concours se tiendra du 6 mai au 12 juin au Flagey et au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Le jury international a visionné en janvier les vidéos des deux cent quatre-vingt-dix inscrits, âgés de 18 à 31 ans et venus du monde entier, pour sélectionner soixante-dix candidats dont plusieurs Français.

Candidats ©SDP

Crédit photo : SDP

Créé en 1937, le concours belge figure parmi les plus prestigieux au monde et alterne chaque année entre chant, violon, violoncelle et piano. Il est également connu pour son originalité : après une première épreuve éliminatoire, vingt-quatre demi-finalistes proposeront un récital avec œuvre imposée, The Sun and Her Flowers de Charlotte Bray. Les douze finalistes interpréteront ensuite un concerto de leur choix ainsi qu’une pièce inédite de Thierry Escaich, qu’ils auront étudiée en loge à la Chapelle Musicale pendant une semaine, sans aucune aide extérieure. Deux concerts des lauréats avec l’Orchestre symphonique d’Anvers dirigé par Tung-Chieh Chuang et l’Orchestre philharmonique royal de Liège dirigé par Nuno Coelho clôtureront le concours.

La France bien représentée

Depuis sa création, sept Français ont déjà remporté le concours (le dernier, Jonathan Fournel, au piano en 2021), mais on ne compte aucun violoniste. Avec six représentants issus du CNSM de Paris parmi les soixante-neuf candidats (un ayant dû renoncer à sa candidature), le violon français pourrait enfin connaître son heure de gloire. On retrouvera donc Emmanuel Coppey (25 ans), Léon Haffner, Luka Ispir et Nathan Mierdl (26 ans), Eva Zavaro (29 ans) et Thomas Lefort (30 ans) lors de la première épreuve publique du 6 au 11 mai.

Pour plus d’informations

Découvrez les profils des candidats.