Le Concours international de lutherie était cette année consacré au violon, avec deux catégories en lice : les « Talents de demain » et les « Talents d’aujourd’hui ».

Concours international de lutherie @Denis Allard/Philharmonie de Paris

Crédit photo : Denis Allard / Philharmonie de Paris

Créé en 2022 sous l’égide du Fonds de dotation Talents & Violon’celles et organisé par le Musée de la musique et la Philharmonie de Paris, le Concours international de lutherie était cette année consacré au violon. Deux catégories en lice : les « Talents de demain » ouvert à soixante-dix jeunes luthiers, et les « Talents d’aujourd’hui » pour huit professionnels confirmés. Vingt nationalités étaient représentées pour mettre en compétition des instruments inspirés du légendaire Stradivarius « Sarasate » de 1724, collection du Musée de la musique. Sous la présidence de Raphaël Pidoux, maître d’œuvre de la manifestation, siégeaient dans le jury pour les luthiers (Andrea Frandsen, Julie Reed-Yeboah, Silvio Levaggi) et pour les violonistes (Tanja Becker-Bender, Roland Daugareil, Jean-Jacques Kantorow).

Après la sélection à huis clos pour les éliminatoires, les demi-finales et les finales se déroulaient devant le public du Studio de la Philharmonie. Des violonistes de l’Orchestre de Paris (Eiichi Chijiiwa, Gilles Henry, Andreï Iarca, Pascale Meley, Nikola Nikolov) ont joué tour à tour derrière un paravent durant quelques brèves minutes des extraits d’œuvres de Tchaïkovski, Brahms, Bach, Sibelius, Korngold, Prokofiev, Debussy, ou Mozart (avec la participation de la pianiste Mélanie Bracale). Pour Gilles Henry : « Une expérience humaine un peu stressante et périlleuse en raison de l’enjeu qui consiste à s’adapter instantanément à un violon dont on ne connait ni la capacité, ni le timbre, ni la projection. L’organisation parfaite du concours a permis que tout se déroule dans les meilleures conditions, mais devoir interpréter à nu pendant moins de deux minutes un extrait musical donne l’impression de repasser un concours d’orchestre. »

La finale « Talents de demain »

En finale, dans la catégorie « Talents de demain » qui mettait en compétition quinze élèves des écoles de lutherie, le premier prix ainsi que le coup de cœur du jury luthier sont allés à Eva Schultz de l’école de violon suisse de Brienz, le deuxième à Églantine Minvielle de l’école de Mirecourt et le troisième à Changhun Lee de l’institut Stradivari de Crémone.

La finale « Talents d’aujourd’hui »

La catégorie « Talents d’aujourd’hui » a distingué parmi les huit finalistes, premier ex-aequo Piotr Pielaszek (Pologne) et Viateur Roy (France) également Coup de cœur des luthiers, puis en Second Prix Florian Zinkhahn (Allemagne) Coup de cœur des violonistes de l’Orchestre de Paris et du jury musiciens. Le public a eu des yeux de Chimène pour le violon fruité du Français Nicolas Gilles qui a obtenu un prix spécial. Pour conclure, le président du jury, Raphaël Pidoux, a fait l’éloge dans l’échange avec le public de la vitalité de la lutherie dans le monde et de l’émergence si encourageante de futurs talents.

Philharmonie de Paris, Studio, 20 et 21 janvier 2024

Pour plus d’informations

Se renseigner ici : www.philharmoniedeparis.fr