L’artiste Alexandra Lacroix a été nommée directrice générale et artistique de l’établissement Angers Nantes Opéra et prendra pleinement ses fonctions à compter du 1er janvier 2026.

Alexandra Lacroix ©Pierre-Émile Havette

Crédit photo : Pierre-Émile Havette

Sur proposition de Johanna Rolland, maire de Nantes, de Jean-Marc Verchère, maire d’Angers, et avec l’appui de la décision unanime du comité syndical, Nicolas Dufetel, président d’Angers Nantes Opéra, a choisi la metteuse en scène Alexandra Lacroix pour remplacer Alain Surrans. Le directeur général de l’établissement depuis 2018 a fait valoir ses droits à la retraite à compter du 1er janvier 2026. Alexandra Lacroix, formée à l’École nationale supérieur des arts décoratifs de Paris et artiste associée à l’Opéra de Limoges, lui succédera en 2026 avec pour ambition d’incarner une maison d’excellence, connectée à la société. Elle dit également désirer ancrer son projet artistique dans l’histoire de l’opéra et du territoire. À la tête de l’établissement tricéphale, composé d’Angers Loire Métropole, de Nantes Métropole et de l’Orchestre national des Pays de la Loire, la directrice artistique de la Cie MPDA et marraine opéra du TalentLAB des Théâtres de la Ville de Luxembrourg propose de développer un opéra responsable et durable en l’inscrivant dans un réseau européen de production. Mais également de privilégier l’accès à tous les publics à un répertoire et à des formats variés tout en assurant une programmation d’excellence, du baroque à la création contemporaine.

Avide de collaborations interdisciplinaires, Alexandra Lacroix entretient le dialogue avec les scientifiques, les chercheurs, les architectes ou les plasticiens pour ses projets. La metteuse en scène a travaillé avec plusieurs institutions prestigieuses comme l’Orchestre de chambre de Paris, l’Opéra-Comique, le Dutch National Opera, la White Chapel Gallery de Londres ou encore la Philharmonie de Paris, créant près de vingt-cinq spectacles avec un objectif transversal : interroger la mise en mouvements des artistes et mettre en regard le répertoire avec nos enjeux contemporains.