Si vous avez acheté le dernier numéro de CLASSICA en kiosque – avec l’incontournable Benjamin Bernheim en couverture – vous aurez remarqué que celui-ci est vendu sans CD, avec un prix en baisse. Plusieurs raisons expliquent cette nouveauté.

1/ Un objectif d’équilibre économique : la filière de la presse n’a pas échappé ces dernières années à une très forte augmentation de ses coûts de production (+ de 50%) liée à la hausse des prix du papier et de l’énergie. La production des CD est elle aussi impactée par ces hausses importantes.

2/ Une responsabilité écologique : le taux d’invendus des exemplaires de la presse magazine culturelle peut en moyenne dépasser 70%. Ainsi, pour 1 exemplaire acheté en kiosque, ce sont près de 3 exemplaires supplémentaires qui sont imprimés, distribués mais dont on sait à l’avance qu’ils finiront au pilon. Est-il encore raisonnable aujourd’hui de jeter chaque mois des milliers de disques, de pochettes et de films plastiques ?

3/ Une attention au portefeuille de nos lecteurs : l’inflation ne touche pas que les entreprises, mais aussi nos lecteurs. La suppression des CD est répercutée sur le prix de vente des magazines, sans que nous touchions par ailleurs au contenu rédactionnel du magazine. Nous espérons ainsi permettre au plus grand nombre de nous lire.

Toutefois, les CD ne disparaissent pas de CLASSICA. Les abonnés continueront de recevoir chaque mois le support physique des « CHOCS du mois » et des « Introuvables » avec leur magazine. Que vous soyez abonné ou acheteur occasionnel, vous pourrez aussi continuer d’écouter gratuitement les Introuvables sur classica.fr. Enfin, comme d’habitude, les Introuvables restent disponibles à l’unité sur notre boutique musique-magazines.fr

Nous savons que cette décision sera reçue très diversement par vous, fidèles lecteurs, et nous sommes toujours attentifs aux retours que vous nous faites. N’hésitez donc pas à nous écrire à l’adresse redaction.classica@editions-premieresloges.com pour nous faire part de vos éventuels commentaires, critiques ou encouragements.

Nous vous remercions de votre fidélité,

La rédaction.